Vincenzo Carta, Adrien Monfleur, Carlos Vivaldi

Vincenzo Carta, B-ky Walden, Carlos Vivaldi are the new residents in ZSenne ArtLab 23/8 > 19/9/2021

(boys busy with bodies and masks)

NL
De Naakte Maskers is een project dat bedacht werd tijdens de eerste lockdown toen de kunsten verboden werden, ontmoetingen ondenkbaar en lichamen niet meer mochten aangeraakt.
Vincenzo Carta (choreograaf en performer), Marcos Vivaldi (muzikant) en B-Ky Walden (ontwerp maskers) presenteren samen een performance met ceremoniële allures die de mogelijkheden voor artiesten onderzoekt om een gemeenschapsgevoel te herstellen in de ruimte.
Door het lichaam met zijn fysieke en sociale dimensies als vertrekpunt te nemen willen de kunstenaars een deelname en intimiteit met het publiek herscheppen in een nieuwe vorm van samenzijn.
Lichamen bevinden zich in een installatie die dicht aanleunt bij een initiatieparcours, ze worden begeleid in een universum waarin ritueel, performance, gesprek, debat, participatie en gezelligheid zich vermengen om een intense ervaring te creëren.
Het publiek begint een reis waarin het bewustzijn van het eigen lichaam in een groep van lichamen de start is van vernieuwing en ontdekking van het ongekende waarbij alles mogelijk is en alles opnieuw wordt uitgevonden.
Voor dit onderzoek vraagt men aan alle deelnemers zich te ontkleden met achterlating van ook alle hi-tech en een masker dat hen toevertrouwd wordt aan te passen, en waaraan ze een naam geven. Eenmaal her-kleed wordt ieder persoon uitgenodigd om een persoonlijk parcours te beginnen, begeleid en omgeven door andere gemaskerde creaturen.

FR
Les Masques nus est un projet de recherche pensé au temps du premier confinement lorsque les arts étaient interdits, les rencontres impensables et les corps intouchables.
Vincenzo Carta (performer/chorégraphe), Marcos Vivaldi (musicien) et B-ky Walden (création de masque), en résidence à la Galerie Zsenne ArtLab, proposent une performance aux allures de cérémonie qui questionne la manière dont artistes et public peuvent re-faire communauté dans un espace.
En prenant comme point de départ le corps, dans sa dimension physique et sociale, les trois artistes cherchent à ré-inventer avec la participation et la connivence du public un nouvelle état d’être ensemble.
Au sein d’une installation proche du parcours initiatique, les corps sont accompagnés dans un univers où rituel, performance, discussion, partage et soirée se mélangent pour créer une expérience immersive et participative. Ici, le public entreprend un voyage où la conscience de son propre corps au sein d’un groupe de corps est le point de départ pour aller vers un renouveau et inconnu où tout est possible et où tout est a réinventer.
Pour cette recherche, chaque personne est invitée à se délester de ses apparats vestimentaires et des ses machines hi-tech pour revêtir un masque qui lui sera confié et dont il devra trouver un nom. Une fois parée, chaque personne est invitée à entreprendre un voyage personnel propre, accompagnée et entourée par d’autres créatures masquées.
 


BIO VINCENZO CARTA
Né à Syracuse (IT) en 1978, Vincenzo Carta commence la danse, parallèlement à ses études d’architecture à Florence. Il étudie au studio d’art contemporain : "CEM" de Lisbonne (2000/2001) et P.A.R.T.S. de Bruxelles (2002/2004). En 2004, il réalise : AUDIENCE WITH SOLO. La même année, il collabore avec Benjamin Vandewalle pour le projet : We Go, avec lequel il remporte le concours : Moving Movimento (2005), puis crée : INBETWEEN. En 2006, il développe : Urban Project X, performance pour des lieux de passage. Il a dansé avec Andy Deneis, Giorgio Rossi, David Hernandez. Pour et avec Passerelle in Kortrijk (BE), il a créé les pièces :WE ALL GO et GNOSIS. Avec sa création Gnosis#1 (2011), en collaboration avec Ongakuaw (Andrew Ferrara), il remporte le concours européenne : Focus on Art and Science.
Entre 2013 et 2018 , il collabore avec Adrien Monfleur sur divers projets dont : SECRET GARDEN, un projet multimédia et interactif à la frontière entre le cinéma, la performance et l’installation. A partir de 2019 il développe une série de performance : IN YOUR HANDS et DISCO BALLS et Je t’ai laissé m’envoler, inspirées par les pratiques BDSM. Depuis 2018 il collabore avec Thierry Smiths comme assistant chorégraphe. 

BIO B-ky WALDEN
B-ky Walden (1983, France) a étudié le montage vidéo à EFET(Marseille) et le cinéma aux beaux-arts de Marseille. Il développe son propre travail sous forme de vidéo tel que : Seule, Parce que l’autre, How could you join me, Onirique et In my room. Il assiste les cinéastes Amélie Derlon Cordina et Camille Mikolajack sur leurs films puis le scénographe Arié Van Egmond et le vidéaste Vincent Pinckaers. Il crée un collectif avec plusieurs artistes : La répartition de la terre, avec lequel il réalise des installations monumentales et In Situ. Avec Vincenzo Carta, il mène un travail sur le long terme et réalise les vidéos : Because my eyes tried to land et Stolen cock ainsi que des projets à la frontière entre le cinéma et la performance : PERFILM et Secret Garden. Depuis le confinement, il laisse la vidéo pour créer des masques qu’il voit comme des artefacts rendu vivant au travers de collaborations.


BIO MARCOS VIVALDI
Marcos Vivaldi (1985, Argentine). La synthèse sonore soustractive : c’est le point commun que Marcos Vivaldi a découvert entre le chant lyrique et la musique électroacoustique avant d’en faire la colonne vertébrale de son travail. De formation classique, il fait ses études de saxophone au conservatoire supérieur de musique de Buenos Aires, où il est né, avant de s’installer en France pour s’y perfectionner. Ce n’est qu’après une production ponctuelle faites avec l’orchestre de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon qu’il choisit de se consacrer au chant lyrique. Le répertoire contemporain l’avait déjà amené à découvrir le synthétiseur modulaire, qu’il a appris à manier. De solides connaissances techniques et un répertoire musical vaste, de l’opéra à la techno, de la musique traditionnelle aux sonorités industrielles et underground donnent aux productions de cet artiste d’origine italo-lituanienne toute leur particularité.